L'histoire de l'emballage

Quelques dates

 

1809 :   Nicolas APPERT (France) découvre le procédé de conservation par la chaleur des denrées alimentaires contenues dans des bocaux en verre.

 

1810 :   Peter DURANT (Royaumes-Unis) applique le procédé à des boîtes en fer blanc.

 

1850 :   LEFRANC (France) invente le tube de peinture souple.

 

1858 :   MASON (Etats-Unis) crée le couvercle métallique à vis pour les pots de verre.

            LUSTRÖM (suède) invente la boite d’allumettes de sécurité.

 

1871 :   JONES (E.U.) invente le carton ondulé.

 

1875 :   WILSON (E.U.) produit les premières boîtes à section rectangulaire pour le « corned-beef ».

 

1883 :   STILLWELL (E.U.) commercialise les premiers sacs en papier.

 

1885 :   PAINTER (E.U.) dépose le brevet de la première capsule de bouteille  jetable.

 

1895 :   Création aux Etats-Unis de la caisse en carton pliable à rabat.

 

1901 :   BEBEOR (E.U.) brevète l’atomiseur haute pression au CO2.

 

1908 :   BRANDENBERGER (suisse)  brevète la cellophane.

 

1926 :   REYNOLDS fabrique des feuilles d’aluminium ménager.

 

1930 :   DREW (E.U.) commercialise un ruban adhésif en cellophane, sous la marque SCOTCH.

 

1931 :   ROTHEIM (E.U.) invente l’atomiseur au C.F.C. (basse pression).

 

1934 :   L’American Can Company commercialise les premières boîtes-boissons pour la bière (Canettes).

 

1935 :   LOEVY R. (E.U.) théorise l’image de marque. (définition de ce que doit être une image de marque pour quelle est un impact réel dans la vie du consommateur)

 

1939 :   WALKERS CHALMERS (E.U.) conçoit les premières boîtes de cigarettes à couvercle rabattant.

 

1951 :   RAUSING (Suède) invente l’emballage tétraédrique jetable en papier plastifié.

 

1954 :   COORS (E.U.) fabrique la première boîte-boissons en aluminium pour la bière.

 

1960 :   Lesieur commercialise son huile en bouteille P.V.C. (polychlorure de vinyle).

 

1961 :   Sealed Air Corporation invente le film plastique à bulle.

Celloplast (Suède) produit les premiers sacs en plastique à anse.

 

1962 :   Alcoa Aluminium Company crée le couvercle de boîte-boisson arrachable par languette.

 

1969 :   Vittel (France) commercialise ses premières maxi-bouteilles rondes en P.V.C.

 

1970 :   Alcoa Aluminium Company commercialise les premières boite-boissons dont la languette reste collée au couvercle arrachable.

 

1976 :   Vittel commercialise les maxi-bouteilles plastiques carrées.

            Pepsi (E.U.) vend ses premières bouteilles en P.E.T. (Polyéthylène)

L’Emballage et son histoire

 

L’histoire de l’emballage est une histoire liée aux échanges et déplacement  entre les hommes. L’élargissement du périmètre tribal et le besoin de conserver les aliments conduisent à « l’invention » des premiers emballages, modes de regroupements, de transport, de protection et de conservation.

 

La gibecière du chasseur, la gourde, le pot de terre où l’on conserve le grain ou la viande en saumure, l’amphore où l’on laisse vieillir le vin, où l’on conserve l’huile, les vanneries où l’on suspend les légumes, le vase de terre glaise hermétique dans lequel on accroche une grappe de raisin fraîche qui durera jusqu’à l’hiver : voilà nos premiers emballages.

Les hommes ont toujours protégé les denrées alimentaires dans des récipients de peau, dans des feuilles ou des calebasses, puis dans des tissus, des paniers, des poteries et, à partir de 1500 avant J.C., dans des récipients en verre.

Une jarre de la Rome Antique contenant un onguent avec un couvercle en plomb et mentionnant le nom du fabricant atteste d’une pratique déjà ancienne d’étiquetage.

 

Mais la société se sophistique : de précieux onguents sont contenus dans des boîtes en ivoire. Des médecines rares s’abritent dans leurs pots de porcelaine, des tonneaux aux essences de chênes marient leur arôme à celui du vin, coffres et malles aux puissantes serrures ouvragées protègent du vol les fourrures et la soie.

 

L’emballage des produits a été longtemps un véritable casse-tête. Par exemple, les explorateurs des quinzième et seizième siècles ont connu des traversées pénibles pour se rendre en Amérique: La nourriture fraîche et l’eau potable venaient inévitablement à manquer. Aujourd’hui, c’est tout autre chose. L’emballage sous vide, la congélation des aliments et les emballages résistants et sécuritaires sont quelques moyens qui rendent désormais faciles les plus longs voyage, du moins au niveau de l’alimentation.

 

Au carrefour des pistes et des voies navigables - là où se développent les foires – naissent de nouveaux emballages: couvertures, ballots, cages d’osier pour enfermer les volailles, paniers de raphia plein de paille pour protéger les œufs, bouteilles remplaçant les amphores transporter le vin, sacs de jute dans des tombeaux couvert pour protéger le grain.

 

L’exode rural va créer de nouveau besoins. Quittant les campagnes, les hommes et les femmes arrivent à la ville. Ils ne consomment plus les produits de leurs champs ou ceux de leurs voisins, il faut mettre en place une logistique pour les nourrir. A Paris, par exemple la ceinture laitière des fermes approvisionnant la Capitale au début du siècle, tandis que l’achèvement de la ligne Paris Lyon Méditerranée et l’usage du cageot contribuent à condamner les vergers des banlieues.

 

Maintenant, le problème est d’un autre ordre. Nous emballons trop. En conséquence, les résidus d’emballage représentent une part très importante des matières résiduelles et des déchets éliminés. Chaque jour, au Canada, une personne jette un demi-kilo d’emballage aux ordures. Beaucoup de ressources y passent.