LES PELUCHES

 

 

1)      Petit historique

 

 

La naissance de l’ours en peluche

 

L’ours en peluche, que chacun voit très tôt apparaître dans son berceau, a une double paternité.
Pour certains, il serait né aux USA, dans l'atelier de Morris Michtom. En 1902, le président des Etats-Unis, Théodore Roosevelt, participe à une chasse à l'ours dans le Mississipi. Ne parvenant pas lui même à tuer un ours, on lui propose un ourson, que l'on attache à un arbre. Roosevelt refuse. L'anecdote paraît le lendemain dans le Washington Post, avec une illustration de Clifford K. Berryman. Morris Michtom, s'inspirant de cet événement, créée le premier Teddy Bear, en hommage à Roosevelt (Teddy était le surnom du président). Un grossiste américain, Butler Brothers, rachète le fonds de Michtom et fonde alors la première société américaine d'ours en peluche : la Ideal Novelty & Toy Company.



A la même époque, en Allemagne, Richard Steiff dessine les ours qu'il voit au zoo de Stuttgart. Sa tante Margarete Steiff a déjà conçu dans les années 1880 le premier jouet en peluche Steiff : un éléphant, qui sert de pelote d'épingles. En 1903, elle s'inspire des croquis de Richard et réalise le premier ours Steiff : Bar 55 PB. Exposé à la foire de Leipzig en 1903, l'ours attire l'attention d'un acheteur américain, George Borgfeldt, qui en commande 3000. En 1905, la marque Steiff est déposée ; son signe distinctif est le bouton de métal dans l'oreille.

 

2) L'évolution de l'ours

 

LES ANNÉES TEDDY BEAR 

 

La période allant de 1906 à 1908 est considérée comme l'apogée des ours en peluche ; ce sont les "années Teddy Bear". Les Allemands sont alors les plus gros producteurs d'ours, qu'ils exportent principalement. La France est l'un de ces acheteurs : en 1907, des ours en peluche fine, articulés, avec ou sans voix, sont proposés dans les catalogues d'Étrennes. Les usines, en Allemagne, se multiplient, afin de répondre à une demande croissante. Gebrüder Bing, Fleischmann et Bloedel, John Hermann sont de celles-ci. Steiff, de son côté, produit 947000 ours en 1907. 

Toutefois, quelques pays tentent également de percer dans ce secteur : les sociétés American Doll and Toy Manufacturing Company, Hahn & Amberg, Aetna & Bruin aux USA ; William J. Terry, British United Toy Manufacturing Company, J.K. Farnell, Dean's Rag Books Company en Grande Bretagne. 

Les ours de cette époque sont réalisés dans des matériaux naturels, tels que la peluche de mohair. Le rembourrage s'effectue avec de la paille de bois. Les yeux sont généralement des boutons de bottines. Les coussinets sont en feutre. Et nombre de détails sont brodés. Les ours se caractérisent par une bosse adipeuse, de longs membres articulés ; il arrive qu'ils grognent lorsqu'on leur appuie sur le ventre ou lorsqu'on les retourne.

LES BOULEVERSEMENTS DUS AUX GUERRES

 

La Première Guerre mondiale bouleverse le marché de la peluche. L'interdiction d'importer des produits allemands entraîne la fin du monopole allemand dans l'industrie du jouet, et l'apparition de nouvelles firmes, principalement en France (Thiennot, Pintel et Fadap) et en Grande-Bretagne (Chad Valley, Chiltern, William Henry Jones).

Le développement de la concurrence dans les années 1920 suppose que les firmes fassent des efforts de créativité afin de s'imposer sur le marché international. On voit donc apparaître de nouveaux matériaux. Le kapok, matériau doux, léger, hygiénique et bon marché se substitue à la paille de bois. On utilise parallèlement une peluche de soie artificielle, tissée avec des fibres extraites de la cellulose de plantes ligneuses. Les ours changent alors de couleurs ; ils sont bleus, roses... Leurs yeux sont en verre.

 

LA CONCURRENCE ASIATIQUE

 

Dans les années 1960-1970, les premiers fabricants d'ours en peluche ont tendance à disparaître progressivement, ne résistant pas à la pression asiatique. La demande croissante de peluches nécessitent une main d'oeuvre abondante et bon marché, que seuls les pays asiatiques peuvent fournir. Ils deviennent dès lors prédominants dans ce secteur de production. 
Cette demande entraîne également une industrialisation de la production : des machines à rembourrer à air, des découpeurs mécaniques... font peu à peu leur apparition dans les usines.

De 1970 à 1990, 2 types d'ours sont disponibles sur le marché : 

d'une part des ours traditionnels, articulés, avec de longs membres, une bosse dans le dos, en matériaux naturels, réalisés par les plus anciens fabricants européens tels que Steiff, et destinés aux collectionneurs ; 

Thiennot, par exemple, conçut vers 1920 l'ours Émile. Cette photographie est une reproduction de ce modèle, que la société réalisa en 1992. 



D’autre part des peluches douillettes, non articulées, en matériaux sans danger, entièrement synthétiques et lavables, pour enfants, réalisées principalement dans les pays asiatiques.

Les matériaux utilisés pour ces dernières sont divers et variés, mais toujours doux : coton, velours éponge, bouclettes, tissus de parachute ; le rembourrage est toujours souple, souvent en perles de plastique. Les peluches peuvent alors prendre toutes les positions.

 

 

 

 

3)Matériaux - Sécurité

 

 

ENTRE ÉVEIL ET HYGIÈNE

 

Considérant la peluche comme le compagnon privilégié de l'enfant, il est important de veiller à faire le bon choix au moment de l'achat. Ainsi, jusqu'à 5 mois, il est préférable de choisir un personnage à grosse tête. Bébé, qui a lui aussi une grosse tête, peut alors s'y identifier. Par ailleurs, la bouche souriante, les grands yeux et le regard sympathique de son doudou lui permettront de capter ces expressions. Privilégiez donc un visage agréable à un visage triste ou neutre.

De 5 à 9 mois, la peluche devient le compagnon privilégié de l'enfant. Le rapport entre eux est plus soutenu. C'est un "jouet tendresse". Pendant cette période, il devient alors nécessaire que bébé choisisse seul son doudou. Ne lui imposez pas votre choix ; laissez le faire le sien propre, même si vous auriez souhaité le voir en faire un autre, meilleur à vos yeux.

L'enfant souhaitera promener son compagnon partout avec lui : dans la maison, à l'école, dans son lit... Afin qu'il ne le gêne pas, il est conseillé de choisir une peluche de taille correcte. 20 à 50 cm semblent raisonnables. Au delà, non seulement l'enfant voit son champ d'actions restreint, mais de plus, il éprouvera davantage de difficultés à le saisir et à l'étreindre. Une peluche gigantesque enlève alors à l'enfant l'échelle de sa propre dimension.

Dans le berceau, ne les multipliez pas. Bien que l'enfant soit adepte des peluches et en demande régulièrement, une ou deux suffisent. En effet, les peluches attirent les poussières et les acariens, ce qui suscitent le développement d'allergies, d'eczéma, d'asthme. Toutefois, si vous souhaitez tout de même lui en offrir davantage, rangez les dans un sac plastique, et sortez-les de façon ponctuelle, le temps du jeu.

Enfin, ne laver pas trop fréquemment le doudou. En effet, bien que les fabricants conçoivent, par mesures d'hygiène, des peluches lavables en machine, les pédiatres n'hésitent pas à nous dissuader de les laver trop souvent. Le bébé fonde une partie de ses valeurs affectives sur les odeurs familières ; son doudou, sans odeur, risquerait de perdre de ses vertus.

 

UNE SÉCURITÉ ACCRUE

 

Parallèlement aux soins apportés à l'éveil et à l'hygiène, il est indispensable de veiller aux garanties de sécurité du jouet. Depuis plusieurs années, les fabricants appliquent la législation européenne, qui prévoit des exigences essentielles en matière de sécurité, et propose des tests. Les jouets premier âge, qui concernent les enfants de moins de 36 mois, sont l'occasion de tests plus sévères encore que les autres jouets. Or, les peluches sont principalement adaptées à ce public. Lors de votre achat, veillez donc à ce que le jouet ne comporte pas la mention "Ne convient pas aux enfants de moins de 36 mois". La loi est intransigeante avec les fabricants. Tachez de la respecter vous-même, afin d'éviter tout problème par la suite.

En outre, les exigences imposées sur les peluches concernent :

Les matériaux : le fabricant doit utiliser des matériaux neufs, qui ne risquent pas de provoquer d'infection; il doit éviter l'utilisation de verre, afin de limiter les risques de coupure ; ainsi que les matériaux expansibles, qui augmentent après ingestion. Ceci concerne aussi bien le rembourrage que la surface extérieure.

Les cordes de jouets : lorsqu'une boîte à musique est actionnée par une ficelle, le fabricant doit veiller à ce que cette dernière ne soit pas trop longue, empêchant ainsi que l'enfant puisse faire un noeud autour de son cou ou s'emmêler avec une corde autorétractable (celle des peluches musicales), et évitant les risques d'étranglement.

La résistance et la durabilité du jouet : les petits soumettent leur jouet à rude épreuve, et portent tout à la bouche. Afin de limiter les risques d'étouffement et d'asphyxie dus à l'ingestion de petits éléments, une taille minimale est définie pour les éléments constituant les jouets destinés au moins de 3 ans, ainsi qu'un degré de solidité supplémentaire.

L’inflammabilité : des tests sont effectués sur les jouets souples rembourrés comportant une surface pileuse, ou textile, afin de s'assurer qu'ils résistent aux flammes.

Lors de votre achat, n'hésitez pas à vérifier vous-même la bonne application de ces exigences : la peluche doit avoir des poils courts, résistants aux flammes, et des yeux solidement fixés. Sachez également que votre enfant, possesseur du jouet, est sous votre responsabilité. Veillez donc à ce qu'il ait toujours entre les mains un jouet qui lui est destiné. "Les exigences de la norme, [auxquelles répond le jouet], ne libèrent pas les parents, ou les éducateurs, de leur responsabilité de surveiller l’enfant pendant qu’il joue."

 


 

9 conseils futés pour choisir de bons jolis jouets :

 

Avant l'achat:

 

·Assurez-vous que le marquage CE apparaît sur l’emballage de du jouet que vous acheter car ce marquage vous confirme que le fabricant de ce jouet respecte les normes de sécurité.

·Respectez systématiquement les tranches d’âge conseillées sur l’emballage (notamment la mention «ne convient pas aux enfants de moins de 36 mois »)

·Dirigez-vous surtout vers les magasins permettant l’accès direct avec le jouet vous pourrez ainsi tester le jouet.

·Evitez d’acheter des jouets qui pourraient ressemblés à des jouets destinés à des enfants en bas âge alors que se sont des maquettes, des poupées de collections…

 

Durant l’utilisation :

 

·Avant de donner à votre bout’ chou son nouveau jouet lisez attentivement le mode d’emploi et la notice de sécurité, puis jetez immédiatement tous les emballages sauf le carton d’emballage sur lequel figurent les coordonnées du fabriquant ou de l’importateur, au cas ou…

·Expliquez à votre enfant la bonne façon d’utiliser son jouet, puis gardez toujours un œil sur le bambin !

 

Et après:

 

·Eviter de donner à votre enfant de vieux jouets qui pourraient ne plus être conforme à la règle de sécurités actuelles. Pour éviter tous accidents vérifier régulièrement l'état des jouets.

·Aussitôt qu'un jouet est cassé ou abîmé, jetez-le purement et simplement c’est plus prudent !

·Dès que Bébé commence à se lever sur ses mains et genoux, enlevez les jouets et mobiles suspendus au-dessus de son lit et du parc pour enfants.

 

 

Maintenant vous pouvez donc acheter de jolies peluches en tout sécurité!!!

 

Devoir Technologie de: Déborah, Augustin, Marie, Simon